Nouvelles‎ > ‎

La Coupe des Amériques: Vélo et météo

publié le 30 juin 2015 à 12:39 par Club Cycliste Cycle Pop   [ mis à jour : 30 juin 2015 à 12:59 ]
Sandrine Quirion  | 30 juin 2015

La Coupe des Amériques est une course par étape comportant un contre-la-montre d’environ 13 km une course courte de 35 km pour les femmes et l’étape finale, la course sur route de 108 km.  Je m’y rends avec mes co-équipiers en espérant améliorer mes résultats de l’année dernière.


Je suis la première à prendre le départ samedi matin pour le contre-la-montre à 8h04 (ouch).  Le matin du départ, je tâche de ne pas faire trop de bruit pour ne pas réveiller mes co-équipiers qui ont la chance de partir plus tard!  Petit réchauffement et hop, me voilà bien plantée sur la ligne de départ avec le meilleur ‘teneur’ de vélo du Québec entier, un costaud qui tient parfaitement le vélo à une seule main et permet un départ parfait.  Ça se passe assez bien, mais bon, manque d’expérience, je trouve que l’effort est difficile à gérer, je suis partie un peu trop fort. Je dépasse deux personnes, mais je me fais également dépasser. Je me retrouve tout de même sur la 2ème marche du podium à 1 minutes 3 secondes de la meneuse.


URL de spécification du gadget introuvable
La course courte de 35 km pour les femmes est le samedi après-midi. Je retourne donc me reposer un peu avant cette épreuve qui est toujours intense.  Puisque les Maitres D (hommes de 60 ans et plus) et les femmes sont peu nombreux, les catégories sont jumelées au départ.  Après concertation avec toutes les femmes, nous décidons de laisser les hommes partir dans la première côte, question de faire notre propre course. Les bosses passent, je tiens bon, dans la longue descente qui nous ramène sur la route principale, je dois avouer que la vitesse me fait un peu peur !!  Nous volons littéralement au dessus du chemin de fer et c’est reparti de plus bel pour le 2ème tour !  Si le premier tour était difficile, ouf, le 2ème faisait encore plus mal ! Nous nous retrouvons toutes de l’autre coté des bosses en route vers l’arrivée.  En cours de route, deux hommes se sont intégrés à notre peloton.  L’arrivée est devant nous, je trouve la bonne place dans le peloton pour le sprint.  Et voilà qu’à 1 km de l’arrivée, les deux hommes dans notre peloton passent devant et accélèrent, ceci chamboule l’ordre naturel des choses, je m’accroche, je m’accroche, mais j’explose à 200 mètres de l’arrivée et je termine finalement au sein du peloton. Nous finissons tous groupés, je me prends la 3ème place sur le podium et avec l’arrivée de masse, je garde ma 2ème place au classement général.  J’ai fait déjà beaucoup mieux que l’an dernier, je suis bien contente !  Au repos, demain, grosse journée au programme avec les 108 km de la course sur route agrémenté de Joy Hill et Maple en fin de course.

Dimanche matin, 6h30, il pleut, il pleut beaucoup et il fait froid… Je n’ai aucune co-équipière sur la ligne de départ, Chantale étant blessée, Zoé en Afrique et Christianne traitant sa tendinite, je sais qu’il me faudra utiliser la force du mentale aujourd’hui! Cette année, je termine, coute que coute ! J’enfile mon maillot, ma veste, je me beurre les jambes allègrement de crème à chamois pour que l’eau n’atteigne pas ma peau et je me rends à la ligne de départ avec mes craintes : est-ce que je vais avoir froid, est-ce que le peloton va être super nerveux, est-ce que je serai capable de monter les côtes et de rester dans le groupe? Prête pas prête, j’y vais!  Le départ est lancé. Encore une fois un peloton regroupant Maitre D-E-F. Habituellement, quand les catégories femmes et hommes sont mélangées, il peut y avoir des petites frictions, mais pour cette course, tout le monde a été courtois et surtout prudents.  Dès que le peloton atteint les bosses de la rue des Églises, je sais que je n’aurai pas froid pendant la course !  Je prend plusieurs tours devant, je me sens super bien, j’ai les jambes relativement fraiches.  On passe le ravito, merci à François-Xavier et Cynthia de votre présence !! C’est rassurant de vous savoir là!  Ça y’est, JoyHill, la redoutable, est devant moi.  Je me place devant car je sais qu’inévitablement, je glisserai vers la queue du peloton.  Je force, je souffle, je grogne, mais rendu au ¾ je n’en peux plus et je laisse le peloton filer, trop longue cette côte !  J’essaie de chasser, mais je me suis explosée les cuisses et j’ai laissé plusieurs cartouches dans cette montée.  Leslie me rattrape un peu plus loin et nous nous relayons pour tenter de déjouer le vent qui nous épuise depuis notre arrivée sur la 139.  Enfin, Maple, ce qui veut dire que la fin de la course est proche.  Nous entamons la montée, j’ai mal, ça fait longtemps que je n’ai pas eu mal comme ça, mais je dois terminer avant Leslie pour pouvoir garder ma place au classement. À 1km de l’arrivée, je vois mes co-équipiers et mon amoureux qui m’encourage comme si j’étais au Tour de France. La fatigue, la joie d’arrivée, de voir mon amoureux, la douleur, le vent et les bourrasques, ça commence à faire beaucoup d’émotions à gérer ! Bon ! Je braille ! Et en plus, devant la photographe !  J’espère que ça ne paraitra pas trop sur les photos…  Enfin, la ligne d’arrivée !  Je me retourne, Leslie est disparue, je sais donc que je serai 2ème derrière Julie, petite joie !  Au final, je serai arrivée 3 minutes 36 secondes derrière la meneuse sur la course longue, pas trop mal.

Je suis heureuse d’avoir complétée cette course et de ramener un tas de médailles et beaucoup d’expérience chez moi !  Merci vraiment aussi à tous les bénévoles extraordinaires sans qui l’événement ne serait pas le même.  J’espère que les femmes seront plus nombreuses l’année prochaine à venir tester leurs capacités dans ces parcours de toute beauté !



Tous les résultats