Nouvelles‎ > ‎

Whiteface

publié le 20 juin 2013 à 13:19 par Club Cycliste Cycle Pop   [ mis à jour : 13 janv. 2014 à 13:20 ]
Zoé Vourantoni | 20 juin 2013
 
 
Whiteface… Que dire du fameux Whiteface Uphill Mountain race. C’est dure, ça fait mal, mais c’est merveilleux. Samedi le 15 juin à 9h, trois membres de l’équipe CCCP prennent le départ dans des conditions météorologiques idéales. Il s’agit d'Eric Beaudoin, Martin Landry et Zoé Vourantoni. La course prend son élan au stationnement du Mont de ski et débute avec une petite montée. Ensuite, un 5.5 km de plat et faux plat descendant. Je me disais déjà: "Ça va être pénible tantôt ! " (Au retour, je confirme que j’avais raison). Ce petit bout de chemin nous mène à la base de LA montée, le Memorial Highway: 13 km à une moyenne de 8% pour un total de 18.5 Km de course ou 11 miles.

Martin, ayant déjà fait la course par le passé et la montée à deux autres reprises, se donne comme défi de performer et battre son propre temps de 1h04 pour la montée. Il fait grandement honneur au CCCP en terminant 24e au total et en accomplissant son défi personnel de briser l’heure avec un temps de 1h02 pour la course et 54:23 pour la montée. Mais littéralement, il y a laissé sa peau! Martin fut tellement vidé de son effort que ce serait difficile pour lui de dire ce qui fut le plus souffrant: la montée ou la descente! Il ne pouvait même plus s’asseoir sur sa selle.

URL de spécification du gadget introuvable
De son côté, Eric a dû semer un peu la confusion dans le peloton lorsqu’il a raflé la pancarte de Wilmington durant le prologue vers la montée. Il souhaitait également briser l’heure de montée, ce qu'il fit avec succès. Il termine la montée en 58:30 et la course en 1h06, ce qui lui donne la 55ième place. J’ai vu les photos, maillot ouvert, battant dans le vent. Je vous confirme qu’il a bien pédalé pour notre club.

De mon côté, simplement prendre le départ m’ébranlait jusque dans les trips. Il a y deux ans j’ai tenté cette montée, mais après seulement 2 km, j’ai rebroussée chemin trouvant la côte impossible et hors de portée. Depuis, il s’agissait d’un défi insurmontable dans mon esprit. Samedi, je voulais simplement me rendre en haut. Dès le départ j’ai pris une roue qui m’a bien mené jusqu’à la base de la montée et ensuite, ma bulle. J’ai gardé le focus sur ma cadence et mon rythme cardiaque. Le vrai défi étant de ne pas ressentir, à la fin, qu’on aurait pu donner plus, sans prendre le risque de trop se donner et casser avant la fin. Je ne me suis fait dépasser que par deux filles et j’ai même dépassé plusieurs gars, alors je me disais que ça allait bien. Mais honnêtement, je comptais les kilomètres, et même les hectomètres. Vers le 14ième km de la course il y a un long bout droit (peut-être seulement 500m, mais il me semblait interminable) avec un plus haut pourcentage. Durant ce « stretch », je me suis surprise à émettre quelques mots colorés de notre héritage Québécois, ce qui en a fait rire certains. Aussi, pendant la course, je me promettais de ne jamais recommencer peu importe ce que Martin pouvait me dire, vouloir ou souhaiter. Par contre, une fois traversée la ligne d’arrivée, j’ai simplement hâte de recommencer et battre mon propre temps! En fait pour une fille pas sûre d’elle, j’ai fini 186ième overall, 7ième femme et 4ième de ma catégorie d’âge. Presque sur le podium pour le CCCP. En fait, vraiment presque. Le temps de la première n’avait pas fonctionné et pour quelques instant j’ai cru être troisième, hélas les « timers » ont très bien fait leur travail et confirment sa victoire des femmes 30-39 ans. J’ai fait ma course en 1h22 et LA montée de Whiteface en 1h14. Selon moi, c’est de quoi être fière.